DANS L'OMBRE DU MAITRE : ANAELLE WARNER.

Quelque part aux Etats-Unis, dans un très vieux cimetière du Rhode Island, une ombre fantomatique et mutilée par des années d'errance semble engager une conversation avec un groupe de nouveaux venus.
 
"Je m'apelle Analelle Warner et je me souviens encore du jour exact de mon trépas et de mon passage dans cette nouvelle dimension. Et de la même manière la date de ma venue au monde l'est tout autant. C'était en mille huit cent sept à Salem, une ville du plus petit état que ne recensera jamais l'Amérique. Mes grands-parents étaient de riches propriétaires terriens et possédaient des plantations de coton, donc des esclaves. Dans mon enfance, nous allions les voir en Virginie tous les été. Je me promenais, sous bonne escorte, celle de ma nounou française, parmi eux. La journée, seule l'apprêté de leur labeur s'exprimait sur leurs visages mais la nuit... La nuit... Des champs lancinants s'élevaient au-dessus des masures ou ils étaient parqués et la rumeur proférait les pires cruautés sur leurs réunions. Elle prétendait qu'ils ensorcelaient leurs maîtres dans d'étranges rituels et qu'ils procédaient ainsi à leur perte. En effet, dans leur esprit et leurs manipulations vaudou, les esclaves avaient déja programmé la fin de l'esclavage.
 
© copyright EETX7-10UKV-HNLJ2
IFS Prod. Touts droits réservés à l'auteur.
 

Tags : 1857 - Salem - vaudou - étranges rituels - réunions - esclaves

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.163.181) if someone makes a complaint.

Report abuse